Apprendre le japonais avec jeparlejaponais.com - cours de japonais en ligne

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> spécial manga
jeparlejaponais....
posté 25 Jul 07 - 21:45
Message #1


Advanced Member
***

Groupe : Root Admin
Messages : 38
Inscrit : 24 Jul 07
Lieu : Paris

Tendance : PEUT-ON PARLER D'UNE CRISE DU MANGA ?
En dépit du développement rapide de cafés manga (manga kissa) ouverts 24h sur 24 afin de satisfaire un public d'amateurs de dessins et de bulles, le manga n'est pas au meilleur de sa forme, notamment les magazines de prépublication dont la diffusion ne cesse de dégringoler depuis une dizaine d'années.
Au cours de la décennie écoulée, les ventes ont presque chuté de moitié pour la plupart d'entre eux. Certains ont expliqué la tendance en affirmant que les séries phares des années 1980 étaient arrivées à leur conclusion et qu'il n'était pas anormal de subir une période de flottement. D'autres ont estimé que l'avènement des consoles de jeux vidéo avait contribué à détourner les lecteurs de leurs magazines. On peut aussi ajouter que le vieillissement de la population ou encore la crise économique des années 1990 ont pesé sur la diminution des ventes de magazines manga. Cela signifie-t-il pour autant que l'on puisse parler de crise du manga au Japon ?
Si les ventes des magazines sont en panne, celles des ouvrages ne se portent pas si mal. Des séries vendues sous forme de livre atteignent d'ailleurs des chiffres de vente extraordinaires. La plupart du temps, cela s'explique par l'adaptation des séries en dessin animé. Plutôt que de les découvrir dans les magazines, les Japonais dévorent les manga sur leur petit écran avant de les acheter en livre. Les chaînes de télévision y consacrent pas mal de moyens parce que les histoires racontées dans les manga sont originales. Elles sont si bien que les scénaristes du cinéma s'en inspirent ou les adaptent. Une preuve que le manga fait partie de la culture japonaise au sens le plus large et qu'il y restera longtemps encore.
Par ailleurs, la popularité du manga à l'étranger est un signe très encourageant pour les éditeurs et les créateurs de séries qui disposent ainsi de nouveaux débouchés. C'est aussi un bon moyen pour découvrir de nouveaux talents susceptibles de relancer l'intérêt du public japonais comme cela avait été le cas dans le secteur musicale lorsque la pop asiatique (asian pop) avait fait son apparition à la fin des années 1990. Le manga a encore quelques belles années devant lui.


Histoire : NAISSANCE ET RENAISSANCE
C'est le 26 août 1982 que le premier numéro de Morning est sorti dans les kiosques japonais avec l'objectif de donner un coup de fouet à un secteur qui avait un peu tendance à ronronner. Malgré un plan de bataille préparé de longue date, le lancement fut un échec. Les 800 000 exemplaires diffusés ne se vendirent pas très bien et les tirages suivants moins importants rencontrèrent autant de difficultés à séduire le public.
Il fallut attendre début 1983 pour que le vent tourne et que les lecteurs découvrent deux mangaka dont le destin va désormais être intimement lié au nouveau magazine. Il s'agit de Kawaguchi Kaiji et Hirokane Kenshi. Des millions de Japonais se sont ainsi identifiés au personnage principal de la série Kakarichô Shima Kôsaku [Shima Kôsaku, chef de service] de Hirokane Kenshi, grâce à son caractère tout à fait ordinaire. Morning s'est donc imposé à la génération des baby-boomers comme le magazine incontournable car il reflétait dans les histoires publiées leur état d'esprit et leurs préoccupations.
En 1991, Morning, c'est 1,2 million d'exemplaires par semaine. Mieux comprendre, par exemple, ses collègues féminines, rien de plus facile avec la série d'Akizuki Risu OL Shinkaron [Théorie de l'évolution chez l'employée de bureau] qui a débuté en 1989 et que l'on peut toujours lire actuellement.
Mais cette génération de lecteurs assidus de la presse manga a vieilli et, 25 ans après sa création, Morning cherche un second souffle. Les ventes stagnent aujourd'hui aux alentours de 500 000 exemplaire. Le lancement en août 2006 de Morning 2, un trimestriel destiné à élargir la base du lectorat de Morning, est une première réponse. Les résultats sont encourageants et devraient donner un peu de baume au cœur de l'éditeur Kôdansha.


Image attachée Image attachée Image attachée

De Morning à Morning 2, 25 ans de réussite

Concurrence : LE GRATUIT S'EN MÊLE
Le 16 janvier dernier, à la sortie des gares, des jeunes filles vêtues de jaune distribuaient aux voyageurs qui sortaient d'un pas pressé le premier numéro de Gumbo, le premier magazine de manga publié gratuitement au Japon. "Je n'aurais jamais cru possible de faire une revue aussi épaisse sans rien demander en échange", raconte un homme plutôt satisfait de découvrir les 236 pages d'histoires proposées par ce nouveau venu sur le marché déjà chargé de la bande dessinée. Son rédacteur en chef, Kai Akihiko, compte sur la publicité pour en assurer la longévité. Des annonces publicitaires sur la couverture, mais aussi et surtout la présence de marques au sein même des différents récits publiés, telles sont les deux principales recettes imaginées par les dirigeants de Gumbo dont les 100 000 premiers exemplaires ont été distribués en quelques minutes. Si cette expérience est concluante, il est probable que d'autres titres gratuits verront le jour dans les mois à venir.


Image attachée

Dossier par Claude Leblanc, extrait du n°605 d'OVNI
Go to the top of the page
 
+Quote Post
magic_d
posté 11 Sep 07 - 21:58
Message #2


Advanced Member
***

Groupe : G Presse
Messages : 101
Inscrit : 03 Sep 07
Lieu : Paris

Pour info, la France est aussi (par rapport aux chiffres de vente) un très gros consommateur de manga, se plaçant second juste derrière le Japon. Les chiffres de tirage sont bien moins importants en France qu'au Japon, mais la demande française est très importante depuis quelques années, et pour le moment la courbe ne descend pas.

Malgré tout, les tranches d'âge des lecteurs au Japon et en France sont très différentes. En effet, il peut être courant de voir, à Tokyo par exemple, des cadres de 40/50 ans lire des mangas dans le métro. La même chose en France est largement plus rare.
Mais je m'égare un peu : l'article n'est pas là pour faire un comparatif... D'ailleurs je n'ai pas toutes les données pour faire une comparaison sérieuse (et je doute que ce soit si passionnant).

Article très intéressant en tout cas, particulièrement au sujet des mangas gratuits.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
JPJ-Pierre
posté 13 Sep 07 - 18:48
Message #3


responsable
***

Groupe : Root Admin
Messages : 4908
Inscrit : 31 Aug 07
Lieu : Paris

A propos de l'habitude de nombreux Japonais de lire des manga dans les trains et métros: une habitude parfois marginalisée et remplacée par la consultation de son téléphone portable. Dommage... Au cours de mon séjour au Japon j'aimais bien quand un voyageur, sa lecture terminée, abandonnait volontairement sa revue sur la banquette avant de descendre...
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 

Copyright Editions Ilyfunet. All rights reserved.
No reproduction or republication without written permission.
IPB