Apprendre le japonais avec jeparlejaponais.com - cours de japonais en ligne

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> décomplexé
JPJ-Pierre
posté 09 Oct 07 - 13:44
Message #1


responsable
***

Groupe : Root Admin
Messages : 4908
Inscrit : 31 Aug 07
Lieu : Paris

Les 2, 3 et 4 novembre prochains se tient la Chibi Japan Expo, version réduite de la fameuse Japan Expo dont la dernière édition cet été avait été pour nous l'occasion de faire connaissance avec certains d'entre vous. Pour moi, alors de retour d'un séjour d'une bonne dizaine d'années au Japon, ce salon était aussi l'occasion de mesurer tout le chemin parcouru par le phénomène manga en France depuis mon départ. Il y a bien quelque chose de risible dans cette franche ferveur à vouloir imiter nos amis japonais en faisant quasiment abstraction du contexte socio-culturel de l'Archipel. Mais ce qui me réjouit dans tout ça, c'est de voir que s'intéresser de près à la culture japonaise contemporaine au point de vouloir en étudier la langue n'est désormais plus prétexte à passer pour un extra-terrestre. Fini le temps où je m'obligeais à faire bande à part dans les cours de récréation, fan incompris de YMO brimé par une bande de petits cons qui mettaient Japon et Chine dans le même sac et qui s'asseyaient dessus. Aujourd'hui, la connerie serait de passer à côté d'un engouement qu'un nombre croissant de gens partagent. La culture japonaise n'a plus de complexe et elle veut que ça se sache. Nous sommes prévenus.

Image attachée
Go to the top of the page
 
+Quote Post
magic_d
posté 24 Oct 07 - 21:12
Message #2


Advanced Member
***

Groupe : G Presse
Messages : 101
Inscrit : 03 Sep 07
Lieu : Paris

Pour les curieux qui se demandent "mais c'est quoi YMO ?", voici quelques petites infos pour les oreilles :

YMO est l'abbréviation de Yellow Magic Orchestra, groupe de musique fondé en 1978 au Japon dont les 3 membres principaux étaient Haruomi Hosono, Yukihiro Takahashi et Ryuichi Sakamoto. À cette époque, ce groupe fut considéré comme l'un des piliers de la musique électronique mondiale, au même titre que d'autres groupes européens comme Krafwerk en allemagne (mais pas tout à fait dans le même genre), et d'autres encore aux États-Unis. Gros travail de création à base de synthétiseurs et de samplers.

En 1984, le groupe se sépare et les 3 membres se dirigent vers des carrières en solo.
L'un de ces trois musiciens, Ryuichi Sakamoto, travaille depuis très longtemps en collaboration avec des artistes très divers, comme David Sylvian, Davis Byrne, Iggy Pop, Youssou'n Dour, etc. Mais il est surtout connu dans le monde entier depuis de nombreuses années surtout grâce à ses compositions pour les musiques de films. Pour n'en citer que quelques uns : "Furyo" (Merry Christmas Mr. Lawrence, film de Oshima en 1983 dans lequel il fait aussi l'acteur), "Le Dernier Empereur" (film de Bertolucci en 1987, dans lequel il fait aussi l'acteur), "Little Buddha" (autre film de Bertolucci en 1993), "Snake Eyes" (film de Brian de Palma en 1998), et bien d'autres encore.

Ryuichi Sakamoto est d'une productivité et d'une variété très surprenante. 35 albums solo (ou en collaboration) au moins depuis 1978, une vingtaine de films pour lesquels il a fait les musiques, quelques rôles dans des films, etc, de la production d'artistes, etc.
Et depuis quelques temps, on peut aussi l'entendre en Podcast (cherchez via iTunes le podcast gratuit "Radio Sakamoto") où il présente (en japonais, ça fait travailler l'oreille pour ceux qui apprennent cette langue) une sélection très variée et souvent particulièrement originale des musiques qu'il apprécie.

Petite sélection TRÈS personnelle de quelques "vieux" albums que j'aime bien de Ryuichi Sakamoto :
Neo Geo (1987)
Beauty (1990), certains se souviendront du concert à Paris ("La Cigale") pour la sortie de l'album en France.
1996 (en 1996 bien sûr)
BTTB (1998, BTTB signifie "Back To The Basic" car c'est un album accoustique, piano et violoncelle)

Pour les albums plus récents, et bien... ça fait longtemps que je n'en ai pas écouté. Mais cet édito m'a finalement donné envie d'écouter ce qu'il a fait récemment.

En tout cas, il n'était pas très courant dans les années 80 d'écouter YMO. Ce groupe a été bien plus q'une simple "curiosité exotique" à l'époque.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
2 utilisateur(s) sur ce sujet (2 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 

Copyright Editions Ilyfunet. All rights reserved.
No reproduction or republication without written permission.
IPB